jardin public parc bordeaux nature ville promenade france girondeAu XVIIIe siècle, on ne considère plus les villes comme de simples lieux d’habitation et de commerce mais d’avantage comme des espaces d’agrément et de promenade. Dans ce contexte l’intendant Tourny (1695-1760), souhaite faire de Bordeaux une des plus belles villes du Royaume. Puis, lui donner ses « Tuileries ».  C’est là que le Jardin Public de Bordeaux va faire son apparition…

Enfin débarrassée de ses vieilles murailles, la ville connaît un nouveau visage. Les allées de Tourny, en bordure des glacis du château Trompette, sont plantées de tilleuls de Hollande ; les places, nouvellement ouvertes reçoivent de beaux décors de fontaines et les cours de belles promenades ombragées. Sur un terrain occupé « par de mauvaises vignes, des pieds médiocres et quelques jardinages », fut décidée en 1746 l’implantation du Jardin public. D’emblée, on choisit le parti d’un jardin à la française. Avec comme centre de la composition un rond d’eau encadrée par huit boulingrins symétriquement disposés le long d’une grande allée. On pourra en contempler le tracé depuis une terrasse à trois perrons que complètent deux portiques à colonnades.  Les premiers arbres sont plantés en 1749 mais c’est au XIXe siècle que ce jardin deviendra un véritable arborétum.

cours de verdun jardin public parc fleurs promenade bordeaux france gironde balade ville nature

La Bourse du soir

À l’opposé, l’architecte André Portier a conçu un manège avec cours et écuries. Un bois en quinconce d’ormeaux et de tilleuls occupe la partie ouest. Ce premier jardin, dessiné par Jacques-Ange Gabriel (1698-1782), reste dans la continuité du style de l’illustre jardinier versaillais André Le Nôtre. C’est le premier jardin du royaume ouvert au public non lié à une résidence palatiale ou à un château. Tourny le présente comme la « Bourse du soir », lieu de rencontre entre négociants. Le règlement stipule qu’il est interdit d’y « jouer aucune espèce de jeux, comme la paume, le volant, la clef sous les péristyles ou ailleurs ». « La canaille » n’est pas plus invitée dans ce lieu de loisirs, dont l’accès est défendu « aux gens de livrée, porteurs de chaises et mendiants », selon le Registre de la Jurade.

france gironde jardin public bordeaux square vinet mur parc promenade balade ville natureMoins de deux ans après Paris, les expériences des premiers aéronautes se déroulent d’ailleurs, non sans mal, dans le cadre de ce jardin. Il y a d’abord celle d’un certain Jacques de Rouas, qui expérimente un cerf-volant « magnétique ». Résultat, l’orage tombe sur le café du jardin. Puis, en 1783, un lâcher de montgolfières se traduit à nouveau par un piteux échec. En janvier 1784, c’est au tour du Docteur Grassi de montrer devant des milliers de curieux ses talents d’aéronaute. Malheureusement, le vent empêche l’ascension du ballon baptisé Le Bordelais.

 Rendez-vous des Illustres

cours de verdun palmiers bordeaux france gironde balade promenade nature ville

Après une longue période d’abandon, le jardin connaît une renaissance, en 1856, sous la municipalité d’Antoine Gautier, qui confie son réaménagement au paysagiste bordelais Louis-Bernard Fischer. Ce dernier s’inspire d’un projet non retenu de l’horticulteur Jean- Pierre Barillet-Deschamps. Des allées serpentines, entre de grandes pelouses, bordent une pièce d’eau parsemée d’îles. Dès lors, le jardin devient un lieu de mémoire avec ses statues rendant hommage à des célébrités bordelaises (Rosa Bonheur, Maxime Lalanne, Carles Vernet, Léon Valade), ainsi qu’un lieu d’observation scientifique avec son arborétum et ses serres tropicales, aujourd’hui disparues. A chaque saison le jardin change de visage et se pare de fleurs et de feuillages sans cesse renouvelés. C’est toute l’âme de Bordeaux que l’on peut y sentir en pleine nature.

Commenter

Le jardin public