« La maison s’adapte aux vies des clients et pas l’inverse. » C’est ainsi que travaille Elisabeth Manguin, architecte spécialisée dans l’habitat individuel. Son truc, c’est de partager un moment de vie avec ses clients et proposer un environnement conforme aux besoins de la famille. Et lorsqu’elle a dû concevoir sa propre maison de la rénovation à la déco, la démarche fut identique. C’est parti pour la visite !

Nous vous emmenons rive droite, plus précisément à Floirac, dans une ancienne cité ouvrière. C’est ici qu’Elisabeth Manguin et son conjoint ont décidé de s’installer, séduits par la vie de quartier et par la localisation proche du centre-ville de Bordeaux… mais avec, en prime, des oiseaux qui chantent. Un coup de cœur pour la maison aussi : « elle a trois orientations donc une super luminosité. J’ai aussi vu tout de suite le potentiel du volume », raconte-t-elle. En raison du classement en « élément remarquable » de la cité, l’aspect extérieur de la maison ne pouvait être modifié, mais la structure a été reprise à la faveur d’une rénovation complète et d’une meilleure enveloppe thermique, grâce à des matériaux naturels et écologiques. Fibre de bois sur les murs et ouate de cellulose soufflée au niveau de la toiture offrent ainsi inertie et performance au bâtiment.

Ma cabane à Floirac

À l’intérieur, Elisabeth Manguin a également réussi à agrandir l’espace, en créant une mezzanine de 12 mètres carrés supplémentaires en Loi Carrez. « J’avais très envie de cette cabane suspendue qui s’ouvre sur le hamac, avec une bibliothèque pour un vrai côté détente. » Une cabane conçue en pin des Landes, avec des panneaux recyclés récupérés chez un producteur local. La pièce contient le bureau de l’architecte qui travaille à domicile, une petite chambre d’appoint et ce fameux filet fabriqué sur-mesure par France Trampoline, inspiré des catamarans, où l’on peut s’installer confortablement pour lire. « C’est aussi un bon point de jeu pour nos nièces et neveux ou pour les enfants des amis. » Tendu au-dessus du canapé, le hamac permet de créer un effet de transparence sans pour autant couper le volume de la maison.

Le rez-de-chaussée s’ouvre directement sur la pièce à vivre, avec la cuisine sur la gauche et un bar que l’architecte a elle-même dessiné. « J’aime la matière et les choses pour ce qu’elles sont, dans leur état », souligne-t-elle. Aussi, le bar est en métal brut et le sol en béton ciré pour contraster avec la présence forte de la mezzanine en bois au plafond.

Ambiance colorée et ludique dans le salon, avec le coin « jungle » matérialisé par des plantes et une tapisserie crocodiles, ainsi que le coin cible à fléchettes, protégé par un mur en liège « pour que les mauvais joueurs n’abîment pas tout ! » Toujours au même niveau, la chambre est décorée dans un style ethnique chic très doux avec des matières naturelles, du rotin tressé, des plumes et un côté attrape-rêve. Place aux contrastes dans la salle de bains, avec un grand espace douche dans les tons de turquoise et une partie coiffeuse adossée à un mur bordeaux.

Au revoir tristesse !

La maison d’Elisabeth Manguin propose aussi véritable une ode à la joie. « On passe 80% de notre vie dans les bâtiments, mais ils sont souvent tristes. Mon but est de leur amener plus d’atypisme et de personnalité. » Ici, les objets sont disposés dans un joyeux mélange, à l’image des sept suspensions de la cuisine et des tabourets dépareillés qui entourent le bar. Dans le salon aussi, où un mur de trophées surplombe le canapé. « Nous avons trouvé des amis à la tête de biche pour qu’elle se sente moins seule ! » Des amis bien choisis, puisqu’il s’agit notamment des héros de jeux vidéo Mario et Luigi.

Et cette accumulation d’objets se retrouve partout dans la maison : cache-pot en cuivre, tajines et lanternes rapportés du Maroc, poupées russes, couple de flamants roses de Miami, fauteuils chinés, coussins en crochet, armoire militaire de l’ancienne manufacture d’armes de Saint-Étienne… « J’aime les objets disparates. J’ai aussi des meubles de famille, comme le salon de bridge qui était le cadeau de mariage de mon arrière grand-père à mes grands-parents. »

On l’aura compris, Elisabeth Manguin préfère les maisons vivantes aux intérieurs trop lisses… à tel point que ses amis lui ont déjà dit : « à chaque fois que je viens chez toi, j’ai un nouveau truc à regarder ». Un beau compliment non ?

Zoom sur… Elisabeth Manguin

Architecte depuis dix ans dont cinq avec sa propre agence, Elisabeth Manguin œuvre surtout autour de Bordeaux Métropole, parfois sur le Bassin d’Arcachon et plus ponctuellement au niveau national. Elle a choisi l’habitat individuel comme spécialité avec des prestations sur-mesure, en adéquation avec les habitudes de vie de ses clients pour que la maison reste le cœur du foyer. Elisabeth Manguin mène aussi des missions déco « parce que c’est un tout et que l’un ne va pas sans l’autre. »

elisabethmanguin.wordpress.com

Commenter

Une maison haute en couleurs à Floirac