Il est l’une des figures de Bordeaux. Jean-Pierre Xiradakis est lié à la rue Porte de la Monnaie, où il a ouvert La Tupina en 1968. Passionné de cuisine, c’est aussi un amoureux de la marche et des livres. En l’écoutant parler de Bordeaux, on trouve avec lui ces chemins et itinéraires qui permettent de mieux découvrir la ville. Le marché des Capucins, mais aussi ces balades de place en place, comme autant de paliers dans la ville.

“Il faut donner envie aux gens de prendre le temps de regarder, de lever les yeux, de toucher et de sentir “, souligne Jean-Pierre Xiradakis.

marché des capucins balade Bordeaux Jean Pierre Xiradakis halles

Le ressenti de Jean-Pierre Xiradakis

Jean-Pierre Xiradakis Bordeaux restaurateur

 

Étonnamment, ce n’est pas la rue Porte de la Monnaie qu’il cite en premier quand il s’agit de choisir un des endroits de la ville qui l’ont marqué. Jean-Pierre Xiradakis évoque plutôt la rue Sainte-Catherine qu’il a connu étant jeune. Il l’a parcourue de haut en bas plusieurs fois les samedis pour s’occuper. Il évoque également son adolescence autour des Capucins.

Dans un quartier très populaire, mais « où finalement, on trouve de l’entraide et une population qui tisse une toile solide ». Au fil des années, il y voit défiler « les gens qui arrivent dans un pays inconnu ». Grecs, Espagnols, Portugais, Nord-Africains, Africains… Pour autant Saint-Michel reste « un creuset », estime-t-il. « C’est le seul quartier qui arrive à proposer ce genre d’intégration », même s’il garde aussi « ses eaux troubles ».

Et la métamorphose des abords des Capucins ou de Saint-Michel ? « Le quartier est en train de se transformer mais personne ne maîtrise ce changement », relève le Bordelais, qui y voit la preuve d’un « bouillonnement perpétuel ». Et pour mieux le montrer, il édite désormais des livres sur les promenades imaginées pour les visiteurs ou les Bordelais. À l’image d’une balade de place en place : depuis Tourny jusqu’à la place du Parlement, la place Camille-Jullian, la place Fernand-Lafargue qui permettent d’avancer dans le quartier historique de la ville. Des « paliers » pour s’y plonger : « Bordeaux possède le plus grand secteur sauvegardé d’Europe ».

 

Jean-Pierre Xiradakis en 3 dates

1968 : ouverture du restaurant La Tupina, rue Porte de la Monnaie à Bordeaux

1994 : La Tupina est citée comme le 2e meilleur bistrot dans le monde dans l’International New York Times.

2019 : Le livre « Le Bordelais. Découvertes, balades, randonnées » de Jean-Pierre Xiradakis et Alain Aviotte rejoint la longue liste des divers livres parus depuis les années 2000.

Retrouvez le restaurant emblématique de Jean-Pierre Xiradakis : http://www.latupina.com/

Commenter

Jean-Pierre Xiradakis – Entre les « Capu » et Saint-Michel, le Bordeaux cosmopolite